© BBC America
© BBC America

Interprétée par Tatiana Maslany

ATTENTION SPOILERS SUR LA SAISON 3

Juste entr'aperçue dans la saison 1, le téléspectateur prend la pleine mesure du caractère entier de Rachel Duncan, un clone du projet LEDA au même titre que les autres à ceci près que la jeune femme a une place de choix à Dyad, l'entreprise mère qui est à l'origine de sa création. Elle travaille pour et avec ceux qui l'ont crée. On pourrait facilement parler de conditionnement mais l'évolution de Rachel est autrement plus intéressante et complexe.

Elle est la fille adoptive des deux savants qui ont permis la création des clones, Ethan et Susan Duncan. Comme en témoignent les vidéos qu'elle regarde inlassablement d'elle enfant avec ses parents, elle était la fille unique d'un foyer aimant. Elle a donc connu une enfance tout ce qu'il y a de plus heureuse jusqu'à ce que sa mère meurt et que son père disparaisse. Elle est alors récupérée par Neolution et Aldous Leekie qui l'élève. C'est sans doute à cette époque-là que se construit la personnalité très particulière, proche de la sociopathie de Rachel.

Naît ainsi une seconde Rachel continuellement dans le contrôle et travaillant inlassablement aux intérêts de Dyad et contre ses sœurs clones. Mais demeure en elle une fragilité sous-jacente qui se trahie rarement. Possiblement est-elle la première à se demander comment elle est devenue cette personne froide, cruelle, prête à tout pour obtenir ce qu'elle veut. Sa philosophie pourrait être : on se soumet ou on meurt !

Voilà pourquoi elle regarde les vidéos d'un passé où elle ne se reconnait pas, un environnement familial aimant et protecteur qui n'a plus rien à voir avec sa vie actuelle. Pratiquement toujours à Dyad, Rachel a parfaitement fait sienne les règles du programme. Bien que très puissante au sein de l'organisation, elle n'oublie jamais son statut de clone et se choisit elle-même un nouvel observateur. A la différence de Sarah, Cosima ou Alison qui ont dépassé leur nature intrinsèque pour embrasser leur humanité, Rachel reste une créature.

En fait, Rachel se déteste profondément, se considérant très probablement comme une erreur de la nature. Elle sait tout ce qu'il a à savoir sur les conditions qui l'ont amenée en ce monde et n'a jamais cherché à s'en échapper. Elle fait partie du système et celui-ci doit continuer à fonctionner, elle y veille. Une sorte de résignation mêlée à du déni l'habitent depuis son adolescence.

Frustrée, jalouse de Sarah et de ses capacités de procréation, Rachel se comporte sexuellement comme elle vit sa vie. En prenant et en jetant. Un Paul particulièrement consentant en fera les frais ! Et très clairement son précédent observateur avant lui.

Privée d'affect et seule, Rachel Duncan est sa pire ennemie avant d'être celle du club des clones.

Gravement blessée par Sarah qui lui plante un crayon dans l’œil, Rachel perd un temps l'usage de la parole. Coincée dans un fauteuil roulant et réapprenant très doucement à remonter la pente, la jeune femme voit Delphine prendre sa place et la menacer.

Pourtant, la bitch a plus d'un tour dans son sac. Elle est la clé qui permettra au club des clones de déchiffrer le code du professeur Duncan et de tout révéler du code génétique LEDA.

Mais ce qu'elle veut par dessus tout c'est retrouver sa liberté ! Quitte à sacrifier un nouveau clone !

Nouveau défi de taille pour Tatiana Maslany qui a du se glisser le costume strict et la coupe au carré de Rachel. Mais l'habit ne fait pas le clone et il a fallu tout le talent de l'actrice pour faire de ce personnage difficile un être multidimensionnel, pas forcément évident à cerner. Une fois de plus, une magnifique réussite !

Voir les personnages de Sarah Manning, Alison Hendrix, Helena et Cosima Niehaus

You're not going to shoot me, Sarah

I've been self-aware since I was a child. I'm not exempt from the program. I simply enjoy a unique vantage, one with privilege

Stupid, stupid, stupid

Nobody lays hands on me

Dear child, I know how frightening this must be for you. But you'll get used to it. You may even grow to like it here. Just as I did

My name is Rachel Duncan. And we are going to come to terms

I suppose you couldn't have created a reproducing prototype, could you? That would be irresponsible, which is unforgivable

It's foolish to spare you. But you raised me. Nurture prevails

Answer me this, Professor. Why Sarah? Of all of us, how is it the unmonitored tramp was successful ?

Retour à l'accueil